Variation terminologique et innovations lexicales dans le domaine de la biodiversité et du changement climatique

Category
Date
Call for papers ending on

Napoli NA
Italy

Journée d’études

Groupe de Recherche Do.Ri.F. – Socioterminologie et textualité

Variation terminologique et innovations lexicales dans le domaine de la biodiversité et du changement climatique
25 novembre 2022
Université de Naples L’Orientale
Université de Naples Parthenope

Les conséquences du dérèglement climatique, dû au développement des activités humaines depuis le
début de l’ère industrielle, sont l’objet d’une attention croissante à l’échelle mondiale, de la part aussi
bien des scientifiques que de la société civile, en raison notamment des nombreuses inquiétudes
qu’elles suscitent pour la préservation de la biodiversité. Les communautés scientifiques, politiques,
institutionnelles et privées, jusqu’au citoyen, se saisissent du problème et proposent des solutions pour
minimiser ou inverser le processus. Cette prise de conscience se manifeste, entre autres, par
l’émergence et la diffusion de nouvelles unités lexicales et terminologiques dans une grande variété
de discours (institutionnel, juridique, politique, médiatique, de vulgarisation, etc.). À cet égard,
biodiversité est emblématique : forgé en anglais à partir de biological diversity (Rakotonoelina 2020),
biodiversity se développe dans le contexte scientifique puis, à partir de la Conférence des Nations
Unies de Rio de 1992, le terme biodiversité (et ses traductions dans de nombreuses langues) se répand
dans les discours des décideurs politiques, puis des médias et enfin des citoyens (Reboul-Touré 2019).
Par ailleurs, la circulation des termes provoque inévitablement des variations lexicales et sémantiques,
comme dans le cas de changement climatique ou dérèglement climatique qui sont utilisés par les
experts dans les rapports du GIEC (rédigés en anglais, avec une traduction partielle ultérieure dans
différentes langues), mais qui sont souvent remplacés par réchauffement climatique dans les textes de
vulgarisation et dans le débat public (Parrenin, Vargas 2020). Cela est révélateur de l’orientation du
concept en fonction des discours, qui a notamment pour conséquence la réduction de la complexité du
phénomène (Paissa 2018).
Bien que de nombreuses bases lexicographiques existent sur le sujet, la grande variété des types de
discours qui traitent des sous-domaines de la protection de l’environnement – la biodiversité et le
climat – représente un corpus qui mérite d’être davantage approfondi des points de vue lexical,
terminologique et textuel. C’est à partir de ce constat qu’une étude pilote a été menée dans le cadre du
projet franco-italien Galilée 2020-2022, « Variations et innovations lexicales dans le domaine du
climat et de la biodiversité en français et en italien », mis en place par l’Université de Naples
L’Orientale (resp. scient. Jana Altmanova) et l’Université Sorbonne Paris Nord (resp. scient.
Emmanuel Cartier), visant à analyser les variations et innovations lexicales dans le domaine de la
biodiversité et du climat, en français et en italien, à partir, entre autres, d’un corpus créé ad hoc, le
corpus BIO-CLIMAT. Une première exploration du corpus a permis de relever une importante créativité
lexicale, notamment à partir de formants productifs comme bio-, éco- ou climato-, aussi bien en

français qu’en italien. Ainsi bio-, dérivé du grec bios, dont le premier sens correspond à « vie/vivant »,
se charge aujourd’hui du sens « protection de la vie, de l’environnement », certainement par
l’intermédiaire de biodiversité, comme dans bioproduit, bioconstruction, biogas. Nous avons pu
constater que ce nouveau formant, construit à partir de la troncation de biologique, qui émerge avec
les emplois autonomes (le bio), se diffuse dans les dérivés et les composés lorsqu’ils s’appliquent à
des domaines autres que la biologie. Une grande souplesse sémantique et une mobilité
morphosyntaxique tout à fait remarquable en français et en italien semblent donc être déterminantes
dans la productivité du formant bio-.
La conclusion du projet est pour nous l’occasion d’organiser une Journée d’études qui vise à élargir
cette réflexion, centrée jusqu’ici principalement sur les innovations lexicales, à des problématiques
textuelles, discursives et terminologiques plus générales, y compris dans une perspective bilingue voire
plurilingue, à partir, entre autres, des pistes de recherche suivantes :
a) approches et méthodologies (notamment études sur corpus, études comparatives, études en
synchronie et diachronie) ;
b) variation lexicale et terminologique (diachronique, diastratique, diatopique, diaphasique,
diamésique, etc.) ;
c) néologie lexicale et terminologique ;
d) variations textuelles et discursives ;
e) ressources lexicographiques et terminographiques ;
f) normalisation et politiques linguistiques.
Les propositions de communication (300 mots environ) peuvent être adressées à : jaltmanova@unior.it
et emmanuel.cartier@lipn.univ-paris13.fr d’ici le 15 juillet 2022.

Calendrier
30 juin 2022 : manifestation d’intérêt
15 juillet 2022 : date limite pour l’envoi des propositions de communication
25 juillet 2022 : notification aux auteurs

Comité d’organisation
Jana Altmanova (Université de Naples L’Orientale)
Emmanuel Cartier (Université Sorbonne Paris Nord)
Claudio Grimaldi (Université de Naples Parthenope)
Jimmy Luzzi (Université Sorbonne Paris Nord)
Sarah Pinto (Université de Naples L’Orientale)
Sergio Piscopo (Université de la Campanie)
Silvia Domenica Zollo (Université de Naples Parthenope)

Quelques références bibliographiques
Altmanova, J., Cartier E., et alii (2022), « Innovations lexicales dans le domaine de l’environnement
et de la biodiversité : le cas de bio en français et en italien », Neologica, 16, Paris, Classiques
Garnier, pp. 85-110.
Balnat V., Gérard C. (éds.) (2022), « Néologie et environnement », Neologica, 16, Paris, Classiques
Garnier.
Berbinski S., Velicu A. M. (2018), Terminologie(s) et traduction : les termes de l’environnement et
l’environnement des termes, Berlin, Bern, Bruxelles, New York, Peter Lang.

Bonnet V., Geslin A. (2019), « Les mots de l’écologie, 25 ans après. Circulation des discours et des
notions », Mots. Les langages du politique, 119.
Botta M. (2013), « La terminologie de l’environnement en vulgarisation scientifique : la famille
lexicale de la régénération des forêts en portugais », Équivalences, 40, 1/2, pp. 277-298.
Chandelier Marie, Diwersy Sascha, Paissa Paola (2020), « Émergence et diffusion des
formules diversité biologique et biodiversité dans Le Monde (1979-2018) », SHS Web of
Conference, 7

e Congrès Mondial de Linguistique Française 2020,

DOI: https://doi.org/10.1051/shsconf/20207801009.
Delavigne V. (1995), « Approche socioterminologique des discours du nucléaire », Meta. Journal des
traducteurs, 40/2, pp. 308-319.
Dolbey A., Ellsworh M. et alii (2006), « BioFrameNet: A Domain-specific FrameNet Extension with
Links to Biomedical Ontologies », KR-MED Biomedical Ontology in Action, Baltimore, Maryland,
pp. 87-94.
Dury P. (1999), « Étude comparative et diachronique des concepts ecosystem et écosystème », Meta.
Journal des traducteurs, 44/3.
Dury P. (1999), « Les variations sémantiques en terminologie : étude diachronique et comparative
appliquée à l’écologie », in Delavigne V., Bouveret M. (éds.), Sémantique des termes spécialisés,
Rouen, Publications de l’Université de Rouen, pp. 17-32.
Dury P. (2008), « The rise of carbon neutral and compensation carbone : a diachronic investigation
into the migration of vocabulary from the language of ecology to newspaper language and vice
versa », Terminology, Amsterdam/Philadelphia, John Benjamin, 14/2, pp. 230-248.
Faber P. (éd.) (2012), A Cognitive Linguistics View of Terminology and Specialized Language,
Berlin/New York, Mouton de Gruyter.
Fløttum K., Gjerstad Ø. et alii (2019), « Avenir et climat : représentations de l’avenir dans des blogs
francophones portant sur le changement climatique », Mots. Les langages du politique, 119, pp. 33-
50.
Fracchiolla B. (2019), « Écologie et environnement : des mots aux discours. Mises en perspective
historiques et discursives », Mots. Les langages du politique, 119.
L’Homme M.-C. (2016), « Terminologie de l’environnement et sémantique des cadres », Congrès
Mondial de Linguistique Française - CMLF 2016, Tours, France.
L’Homme M.-C., (2015), « Découverte de cadres sémantiques dans le domaine de l’environnement :
le cas de l’influence objective », Terminàlia, 12, pp. 29-40.
Limoges B., Boisseau G. et alii (2013), « Terminologie relative à la conservation de la biodiversité in
situ », Le Naturaliste canadien, 137(2), pp. 21-27.
Matagne P. (2003), « Aux origines de l’écologie », Innovations, 18, pp. 27-42.
Mortureux M.-F. (1994), « Traitement des termes et “simplification” dans le discours de vulgarisation
scientifique », Cahiers du français contemporain : Simple – Simplification, 1, Lyon, ENS Éditions,
pp. 213-225.
Paissa P. (2018), « « Développement durable » et « diversité culturelle » : les enjeux d’un

foisonnement lexical et discursif », Repères DoRiF, 17. URL : https://www.dorif.it/reperes/paola-
paissa-developpement-durable-et-diversite-culturelle-les-enjeux-dun-foisonnement-lexical-et-
discursif/.

Parrenin F., Vargas É. (2020), « Biodiversité et changement climatique : entre discours du spécialiste
et discours vulgarisé », Les Carnets du CEDISCOR, 15.
Rakotonoelina F., Reboul-Touré S. (éds.) (2020), « La biodiversité en discours : communication,
transmission, traduction », Les carnets du CEDISCOR, 15.
Reboul-Touré S. (2020), « La biodiversité : un mot-témoin pour l’analyse du discours », Les Carnets
du CEDISCOR, 15.

Rossi M. (2014), « Les énergies renouvelables entre description lexicographique et traitement
terminologique : la diffusion des termes des énergies renouvelables dans les dictionnaires de langue
générale », Rassegna italiana di linguistica applicata, 3, pp. 77-98.
Thoiron P. (1994), « Terminologie multilingue : une aide à la maîtrise des concepts », Meta. Journal
des Traducteurs, 34/4, pp. 765-773.
Zanola, M. T. (2012), « La terminologia dei sistemi fotovoltaici tra comunicazione istituzionale e
saperi specialistci. Un’introduzione », in Zanola M. T. (a cura di), Costruire un glossario: la
terminologia dei sistemi fotovoltaici, Milano, Vita e Pensiero.
Zanola, M. T. (2021) (éd.), « Terminologie diachronique : méthodologie et études de cas », Cahiers
de lexicologie, 118, Paris Classiques Garnier.
Zollo, S. D., « Les néologismes de Glenn Albrecht face au changement écologique : entre créativité
lexicale et bouleversement émotionnel », Neologica, 16, Paris, Classiques Garnier, pp. 203-221.

Media
Cfp Call for papers